Butcher, Appellation d’Origine Carnassière

Au sommaire :

  • TIME TO KILL
  • TIME TO BE FUN

Bienvenue à tous et à toutes ! Aujourd’hui nous nous retrouvons dans un nouvel épisode de la foire aux jeux en pixel art. Ils sont nombreux et envahissent les stores en ligne, et il est parfois dur de savoir s’ils ont quelque chose de différent, de plus que le reste. Nous allons donc parler ici de Butcher, un jeu en pixel art qui propose exploration, tir et challenge énorme. Un mélange qui peut réussir comme se planter royalement. Verdict?

TIME TO KILL

20161117001626_1Dans Butcher, on est pas là pour faire des scénarios de looser et le contexte est simple: vous devez exterminer la race humaine définitivement. Et si vous pouvez le faire de manière ignoble et gore, c’est mieux. Le jeu prend la forme d’un « run&gun » en 2D dans lequel vous parcourez de nombreuses niveaux, ou bases spatiales, à repeindre rouge sang, avec toutes les armes tombant sous la main. Elles sont nombreuses, du fusil à pompe de base à la mitraillette lourde en passant par le napalm, et les interactions avec le décor permettent un bon paquet de possibilités. Par contre vous n’avez qu’une barre de vie, et vous avez intérêt à surveiller vos arrières, car dans Butcher si vous mourrez vous recommencez au début du niveau, sans aucun checkpoint disponible. C’est ça l’intérêt de Butcher, à savoir son énorme difficulté, par ses modes de jeux. On ne part pas du « mode facile » au « mode difficile », mais du mode « difficile » à « extrême » tout en pouvant débloquer l’épreuve impossible. Dans le mode « difficile » le challenge est très élevé, mais une bonne stratégie et une bonne gestion des armes permet de s’en sortir. Mais si on passe au « mode extrême » (the Hardest), l’expérience se transforme en bain d’orties tout en se faisant fouetter par des câbles HDMI, et traverser l’ensemble des niveaux demande une réactivité de surhomme. Mais tout ceci n’est pas seulement frustrant, et Butcher fait appel à certains grands moments du game design.

TIME TO BE FUN

b4Et la meilleure performance pour le titre de Trashuman Design consiste à partir d’un jeu de Run & Gun en 2D pour retranscrire le fun d’un tout autre titre : Doom. Le jeu ne souffre de quasiment aucun temps mort, on peut switcher entre les armes avec seulement deux boutons, sans aucun rechargement, et le feedback est juste parfait. Il s’en suit un plaisir coupable de rentrer dans une base et de pilonner toute résistance pour ensuite nager dans les intestins (non-non je ne suis pas fou). D’autant plus que si vous avez envie de battre des records de vitesse d’extermination du genre humain, le jeu est très bien adapté au speedrun, avec bien entendu des succès en conséquence. Des joueurs bien fous ont d’ailleurs déjà en tête de battre « l’impossible » en moins d’une heure. Moins présent, le côté exploration a le mérite d’exister avec la présence des crânes secrets. Au nombre de 1 ou 2 par niveau, si certains sont facilement trouvables, d’autres demandent de passer dans des salles secrètes ou d’aller le plus vite possible pour sauter sur des plateformes éloignées. En résumé, un jeu exigeant avec de nombreuses idées de game design, qui est à tester pour son gros challenge et son plaisir du jeu.

Qu’il est bon de souffrir ! Pour pouvoir résumer Butcher, il suffit de s’imaginer le côté bourrin et fun d’un Doom en pixel art, doublé d’une difficulté allant du niveau Dark Souls au niveau auto flagellation. Les contrôles répondent à la frame près, le jeu est assez long, le feedback des armes est parfait et les modes de jeux promettent des arrachages de cheveux en règle. Si la difficulté et le carnage en règle ne vous font pas peur, foncez.

Flbond

Informations sur le jeu

Plateformes : PC

Genre : Transhuman Design

Développeurs : Transhuman Design

Éditeur : Transhuman Design

Date de sortie : 5 octobre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *