INSERT COINS!!
Welcome Rétrogagas!
Vous retrouverez ici toute l'actualité du jeux vidéo rétro, des dernières tendances, les nouveaux jeux rétros (si si !) l'émulation sur tout support, des dossiers, de l'histoire, du cheat code, du speed run et du high score, de la scène française et du reste du Monde.
Run Disc [=>----] Loading...
news fraîches

L’HUMEUR YACISTE 41 : Cannes…à sucre

Salut à toi mon ami persiffleur.

Décidément, je t’envie plus que tu ne l’imagines. Toi au moins tu n’appartiens pas à une triste espèce d’organismes ne respirant que par habitude et qui, après s’être fourvoyée dans les urnes, ne trouve rien de mieux à faire que s’agglutiner comme des poux (de tête, de corps ou du pubis, au choix) pour prendre ses semblables en photo. Ou pire encore, qui se tient à l’affût de toute publication papier ou numérique pour apprendre que telle ou telle grosse légume se prête au jeu des objectifs dans une robe ou un costard que jamais eux ne pourront se payer.
Oui tu as deviné mon reptile, comme chaque année on nous abreuve de ces funestes visions émanant de la Croisette, festival suranné d’un cinéma qui est pourtant encore une de ces rares choses qui parvient encore à me distraire. Et c’est là qu’à nouveau, mon adorable crotale, je m’interroge : pourquoi cette armée de bipèdes endimanchés a-t-elle ainsi besoin de s’exhiber ? Rechercherait-elle une reconnaissance particulière ou alors se plaît-elle à révéler sa superficialité au grand jour ? Ca me dépasse. Et j’en arrive à me dire que le jeu vidéo est encore épargné de toute cette bêtise crasse même si la frontière entre intégrité et débauche tend à devenir aussi mince que les facultés intellectuelles d’un stripteaseur. Imagine-toi mon serpent si chaque année, on invitait le triste gratin des « Youtubeurs » et autres potiches de cet univers artificiellement créé autour du jeu vidéo à Cannes pour un festival dédié ? Ne serait-ce pas drôle de voir ainsi ces messieurs Chièze, Tellouck, Marcus, Cyprien, Squeezie et autres Joueur du Grenier en grand apparat, devoir monter les marches flanqués de leurs amis et compagnes en haute couture pour assister à la révélation de je ne sais trop quel jeu auto-proclamé révolutionnaire ? Révolutionnaire car développé dans une arrière-grange de Grozny par un malheureux individu dont le quotidien de misère aurait révélé un profond mal-être lyrique que l’homme en question aurait subtilement réussi à importer dans un jeu fait avec trois bouts de ficelle et un compas ?
Et quelle intense et délicate sensation de voir toute une clique médiatique qui ne connaîtrait du jeu vidéo que l’orthographe de ces mots jeu et vidéo s’assembler pour se faire prendre en photo avec le rédacteur en chef de jeuvideo.com ou d’une charmante personne qui s’est découvert un intérêt pour le jeu vidéo avec Candy Crush et Angry Birds ! Et qui pour immortaliser la situation, dédicacerait des perches à selfie tout en laissant poindre un peu de son bonnet C sous la voilure de sa robe de chez Dior.
Et même pire que tout mon rampant : imagine-toi ton gros confident dans un costume de cérémonie qui rendrait jaloux François Fillon lui-même, et présenté comme une personnalité du jeu vidéo dont des journalistes voyeurs vanteraient « la grande classe qui va à contre-courant de son personnage iconoclaste aux humeurs douteuses et qui cache sous ses dehors d’anarchiste individualiste un coeur ouvert au strass et aux trompettes de la renommée ». Pouah ! Je viens de réprimer un vomissement rien qu’en écrivant cela. Finalement mon serpent, je me demande si ces messieurs Le Prince, Lumière, Niepce et Daguerre avaient pensé qu’un jour leurs inventions et concepts seraient ainsi utilisés pour flatter l’égo exhibitionniste de ce triste panel de légumes. Tout comme je suis heureux de voir que finalement, messieurs Higinbotham et Baer n’ont pas (encore pour le moins) besoin de se demander pourquoi leur apport à l’humanité (oui, apport à l’humanité !) est ainsi traîné au ras des pâquerettes et des coquelicots.
Quoique l’E3 arrive bientôt, et l’évolution de ce jeu vidéo que j’idolâtre tend à se rapprocher de celle de ce festival de cannes à sucre…Et d’ailleurs je ne tarde guère à trouver à ces deux exhibitions people un point commun : je ne figure pas sur la liste des invités. Ce qui ne me dérange que fort modérément en fait. Je ne risque pas de voir arriver Charlie Chaplin, Stanley Kubrick ni Jean Vigo à Cannes ! Tout comme il y a peu de chances que l’on parle de Super Mario World ou de Sonic the Hedgehog à l’E3. Finalement, il n’y a que chez soi qu’on est bien ! Je peux dans mon salon et dans ma turne jouer à la Super Nintendo et enchainer avec L’Atalante, ce qui ne serait pas loisible sous les aveuglants projos et autres flash. Allez, je te quitte sur ces quelques digressions qui témoignent autant de ma désillusion que de ton endurance à les écouter.

Yace, vieux grincheux pas si vieux.
Et qui joue en reclus à des jeux plus que vintage à présent !

/* ]]> */