INSERT COINS!!
Welcome Rétrogagas!
Vous retrouverez ici toute l'actualité du jeux vidéo rétro, des dernières tendances, les nouveaux jeux rétros (si si !) l'émulation sur tout support, des dossiers, de l'histoire, du cheat code, du speed run et du high score, de la scène française et du reste du Monde.
Run Disc [=>----] Loading...
news fraîches

Rez Infinite – le rêve d’un enfant sacrifié

Au sommaire :

  • La faute au premier regard
  • La hype avant tout
  • Jeu de musique ou de rythme ?

Tiens donc, je prends un créneau laissé vacant jusque là héhéhéhé. Personne n’a écrit de critique négative sur Rez Infinite sur Internet, et vu ce que j’en pense, et bien je vais être le premier. J’espère que je vais pas avoir trop de taloche dans la gueule à cause de l’hérésie que je vais commettre. Alors avant de commencer à descendre ce titre qui a l’air de faire l’unanimité auprès des joueurs, je dois vous faire une confidence : j’ai découvert Rez avec la version Infinite sortie l’an dernier sur PS4. De fait, je ne suis pas de cette population Dreamcastienne qui lui voue un culte à faire penser la scientologie pour un club d’étude périscolaire. Il est donc fort probable que mon avis arrive avec quelques 15 ans de retard, mais il risque de coller avec pas mal de mes congénères. Je finirai cette petite introduction en disant que je partais avec un avis subjectif très positif sur ce titre, la faute justement à ce culte intergénérationnel. Et au lieu d’une aventure sensuelle hors du commun, je suis tombé sur un objet, s’il n’est pas vide de sens, lourd et handicapé.

La faute au premier regard

Trop de choses à l’écran, mes yeux saignent. Ce n’est pas pou moi…

Il faut être clair. J’aime le jeux qui s’étendent sur plusieurs dizaines d’heures. Ce n’est pas pour rien que je peux citer The Witcher 3, Red Dead Redemption ou Ocarina of Time parmi mes jeux préférés. Je savais donc que coté durée de vie ou « immersion sur le long terme », Rez n’était pas fait pour moi. Mais qu’importe, ce n’est finalement pas ce que je cherchais. Non, Rez, on me disait que c’était une expérience que chaque joueur prétendant être un tant soit peu connaisseur devait avoir vécu au moins une fois dans sa vie. C’est donc avec entrain que j’ai lancé la première partie. Et comme dirai mon présentateur préféré de TF1 « et là, c’est le drame ». Enfin pas tout à fait, car le premier niveau était plutôt sympathique, mais le reste fut d’une monotonie… Je suis quand même retourné plusieurs fois sur le jeu pour effacer ce premier regard de d’indifférence que j’avais posé sur lui, histoire de comprendre pourquoi Rez était tant plébiscité par les joueurs. Rien à faire, je ne suis jamais arrivé à accrocher. Alors j’ai essayer de me dire qu’il détenait tout de même des qualités indéniables. Il en a, c’est vrai, mais quelques unes. La bande-son glisse bien, c’est visuellement bien fait, mais c’est tout.

La hype avant tout

Vous trouvez ça joli ?

Non, ces deux petits détails (qui certes ont leur importance puisqu’ils définissent la structure de Rez) sont insuffisants pour porter un titre au panthéon des jeux vidéo. Pour moi, et je sais que je vais faire bondir Uberwenig et probablement tous les autres lecteurs : Rez est soporifique. Tout est lent malgré une fausse impression de vitesse qui dupe tout le monde. Le système de jeu est simple, et efficace, mais bien trop vite lassant et agaçant. Faire des locks pour s’extasier sur quelques sons ne légitime pas une telle ovation (NdÜ : Pff, Extase de Cryo sur Amiga se retourne dans sa tombe en te lisant, et maudit ton hamster sur plusieurs générations!). Au delà de la répétitivité dans le gameplay et dans les samples, on fait toujours la même chose pour le même résultat, et on a finalement jamais l’impression d’avoir une incidence sur le déroulé de l’action. Dans le même style Bit Trip faisait beaucoup mieux. Il n’y a aucun moment où l’on pourrait se dire que l’on vit quelque chose de fort, d’intense. Ou plutôt je corrige : je n’ai pas vécu de moment fort dans Rez, au delà peut être du boss de fin, beau et malsain. Rez est un artifice visuel, mais aussi un artifice tout court qui est de nous faire croire que l’on expérimente quelque chose que seul les vrais gamers artistiques/poétes/bobos, sont à même de comprendre.

Jeu de musique ou de rythme ?

Les nouveautés, dont la zone X, sont intéressantes

Peut-on vraiment parler d’un jeu de musique ou de rythme ? Non, absolument pas à mon sens. On a ici quelque chose de décousu, avec un système de jeu basé sur la synesthésie, dont je n’ai toujours pas vu la couleur. On cherche à nous faire ressentir des sensations de jeu, sonores et visuelles, mais cela n’a clairement pas fonctionné sur moi. En attendant, tout ce que l’on a si l’on y prête attention de façon un peu plus objective, c’est un écran blindé de couleurs qui tourne dans tout les sens sur une musique bizarre et qui affiche un game over sans que l’on comprenne vraiment pourquoi. Un coup on est un robot, un coup on est une boule, un coup on est mort. Tu peux pas test minot. On pourrait croire le concept génial sur le papier, mais en réalité on tombe de haut.

1 2 3

/* ]]> */